November 5th, 2007

solj

"Либе" про Чад

Que ce soit sur le champ de bataille ou dans l’arène politique, Idriss Déby est un redoutable stratège à défaut d’être un dirigeant éclairé. Nicolas Sarkozy l’a appris à ses dépens. Il a suffi des errements coupables d’une petite ONG française pour que le président tchadien s’engouffre dans la brèche et transforme en bras de fer diplomatique un fait divers international. Ignorant les éventuelles complicités locales d’une équipée qui ne peut pas ne pas avoir éveillé les suspicions sur place, Déby a fait monter très haut les enchères, accusant l’ONG d’enlèvements d’enfants en vue de «trafic d’organes» et de «pédophilie». Il a aussi pris soin de n’opérer aucune distinction entre les journalistes, l’équipage espagnol et les membres de l’Arche de Zoé, s’assurant ainsi une «monnaie d’échange».

Collapse )

 

promo banguerski_alex april 11, 2018 15:00 1
Buy for 100 tokens
Мою статью разместили на сайте весьма солидного журнала "Россия в глобальной политике": Поджечь траву, избежать пожара 29 января 2018 Александр Бангерский Александр Бангерский Резюме: Столетие Февральской, а затем и Октябрьской революции 1917 года прошли на удивление тихо и…
solj

"Либе" про Чад - 2

On sait Nicolas Sarkozy expert en rhétorique. Avocat, il a gardé l’habitude de ponctuer ses interventions de réponses à des questions que personne ne lui pose… et de répondre à toute remarque qu’il juge déplaisante par sa phrase désormais célèbre : «On me reproche ça, mais qu’est-ce que j’aurais entendu si je ne l’avais pas fait.» Imparable.

Collapse )

 

solj

"Либе" про Чад - 3

L’un, le président français, est rayonnant devant les caméras. L’autre, son homologue tchadien, reste plutôt grave, conscient de l’importance du moment. «Je dois sincèrement remercier les magistrats qui ont travaillé jour et nuit pour que nous parvenions aujourd’hui à ce résultat», assure Idriss Déby. «Je vais donc repartir à Paris avec les trois journalistes et les quatre hôtesses de l’air espagnoles et je voudrais remercier très sincèrement le président Idriss Déby qui a bien voulu aider à la résolution de ce problème», poursuit Nicolas Sarkozy.

Collapse )